On va voir des rorquals – article en immersion totale dans la nature – ‘fin presque

Ils sont juste là en bas, et il y a des bélugas aussi…je sais!

En venant immigrer au Canada, il y avait une chose sur laquelle nous étions d’accord – il y en avait un peu plus, quand même, mais celle-là était une des raisons de notre changement de vie- c’était que nous ferions découvrir à nos enfants ce qui nous fascinait le plus ici : la nature.

Fin septembre, nous avons pris la décision de partir 3 jours à la découverte de la Côte-Nord. Et je peux te dire, que non seulement nous n’avons pas été déçus, mais en plus nous aurions aimé prolonger un peu plus longtemps ce séjour pour prendre le temps de visiter un peu plus ce coin. On se dit qu’on y retournera lorsque nos familles viendront nous voir l’été prochain, et que comme ça nous ne visiterons pas deux fois les mêmes endroits – on est tellement malins.

Quand tu pars à la découverte de la nature pendant quelques jours en famille, loin de tout, tu as déjà le sourire. Mais si en plus le soleil est avec toi…comment te dire que tu as un peu le feu sacré.

Sur la route…et quelle route!

On avait donc le feu sacré. Après un peu plus de 5 heures de route – un peu moins pour une famille normale qui ne s’arrête pas toutes les 30 minutes pour éviter que mini-moi ne vomisse, que mini-grand-moi aille aux toilettes, mange, re-mange, veuille voir le paysage…tu vois le tableau – nous avons pris le traversier.

Le traversier est un peu comme le Ferry-boat de Marseille en plus grand, avec un accent différent – contrairement au A de boat à Marseille, le R de traversier est muet au Canada- et il est gratuit -je sais, tes yeux de maudits français viennent de saigner. Tu y embarques avec ta voiture, et là déjà, tes enfants sont complètement dépaysés, et toi aussi forcément – je te rappelle que tu pars à l’aventure!

Nous avions loué un chalet dans les bois – mais je te réserve cette histoire pour l’Halloween. Aussi, après avoir récupéré nos clefs et déposés nos affaires nous sommes partis à la découverte de Tadoussac.

Tadoussac

Tadoussac a toujours été sur ma liste de villes à visiter – avec Chicoutimi et Poughkeepsie, en raison de leurs noms, j’ai beaucoup de liste de villes à visiter classées en fonction de critères qui n’appartiennent qu’à moi. Bref, il apparaît que Tadoussac est une ville aussi mignonne que son nom l’indique, propre, avec des propriétés entretenues et des gens adorables.

La maison verte de Tadou

Les maisons et les commerces y sont colorés, et on devine aisément que certains propriétaires voient leurs jardins envahis par des touristes aux panneaux « ceci est une propriété privée ».

Tadoussac est aussi connu pour l’hôtel « le Tadoussac » rouge et blanc que tu vois depuis la baie.

Mais également pour sa promenade le long de la plage….c’est tellement beau.

Tu t’en doutes à la luminosité, il était assez tard, et on commençait d’avoir faim alors, on a mangé un grilled-cheese et des guédilles au homard au Pick-up grillé avant d’aller dormir – enfin dormir…le chalet perdu dans les bois, tu te souviens…vivement l’Halloween.

Je te conseille vivement ce resto kids-friendly, que tu aies des enfants ou non d’ailleurs. En plus, ils passent de la bonne musique et les serveurs étaient sympas – de façon générale, on trouve tous les serveurs sympas ici, on a vécu à Paris juste avant d’immigrer aussi, alors on redécouvre un peu la politesse, faut pas nous en vouloir mais on s’émerveille vachement.

Le centre d’interprétation et d’observation de Cap-de-Bon-Désir

Le lendemain était une journée pluvieuse, mais peu importe, nous avons pris la décision de nous concentrer sur les baleines – on est pas venu que pour manger.

Puis, nous nous sommes dirigés vers le Centre d’interprétation et d’observation de Cap-de-Bon-Désir – A noter que l’entrée est gratuite pour les moins de 17 ans, et qu’il t’en coûtera un peu plus de 15$ et tu pourras faire deux autres centres de Parc Canada dans la même journée. Autant te dire que le rapport qualité-prix est juste imbattable.

Une fois ta voiture garée – le parking n’est pas payant – tu peux commencer ta découverte par un arrêt à l’aire de jeux sur le thème des baleines…histoire de mettre tout le monde de bonne humeur. Puis tu commences ta descente dans la forêt vers le fleuve. Le lieu est apaisant, et tu n’entends personne à part tes pas, et tes enfants qui se battent pour la paire de jumelles – ah les enfants…

Puis tu arrives avec ta petite famille devant le fleuve et c’est beau, c’est sauvage, apaisant. Oui, mais eux ils sont venus voir des baleines alors hop hop hop on s’active – apaisant le lieu – et on va les voir. Enfin, on va aller aux endroits déterminés pour les observer en espérant que des mammifères marins se montrent…mais eux ne voient pas les choses comme toi.

Depuis la rive, il t’est possible d’observer les baleines en extérieur ou depuis un belvédère – en intérieur donc, et tu vois comme on était couvert…on a apprécié. Sur la rive, il y a fait un guide, qui nous a prêté des jumelles – un problème de réglé- et qui nous a fait toucher des fanes de baleines, de la peau de phoque…bref, les kids ont kiffé.

On s’est pas mal déplacé le long de la rive, mais pas l’ombre d’une baleine, RAS…Alors bien sûr, le paysage valait le détour, mais le vent, le froid et l’attente ont eu raison de leurs bonnes volontés.

L’attente…..la vie est belle en pantalon de pluie, tente!

Et puis, et puis, on a vu des bélugas. Des dos de bélugas pour être plus précise. Enfin on est trois à en avoir vu car mini-moi n’était plus concentrée, elle avait faim, et froid, et y avait pas de baleine. Nous n’avions pas prévu de pique-nique pour ce périple, mais sache que tu as une aire intérieure (avec micro-onde) et des tables en extérieur.

Les Escoumins

En début d’après midi nous sommes donc allés aux Escoumins à la pêcherie Manicouagan pour manger. C’est un restaurant-poissonnerie, comment te dire que le poisson y est bien frais et qu’on s’est régalé. J’ai pris crevettes façon général Tao…J’en rêve encore des fois.

Puis, nous avons décidé d’aller au centre de découverte du milieu marin, parce qu’on voulait voir les baleines on te dit!

Là encore, l’accueil était parfait. Nous étions en intérieur et les enfants se sont vus remettre un livret de jeu à compléter. Nous avons visionné un film sur les fonds marins du Saint-Laurent, puis nous sommes repartis en extérieur à la recherche des baleines et nous avons vu des phoques. Puis des rorquals. Un puis deux, puis tout un banc. Nous avions des étoiles dans les yeux, et montrer à tes enfants des animaux dans leur milieu naturel, je pense qu’il n’y a rien de mieux.

Tu le vois là quand même dans la brume mon rorqual

En repartant, les kids se sont vu remettre une médaille d’explorateurs – cette fierté – et un tatouage de la mascotte du parc.

Le dilemme de la croisière

Le dimanche matin, nous avons fait une croisière pour aller un peu plus près des baleines…et en réalité, nous avons été assez déçus car nous ne nous attendions pas à aller aussi près finalement.

Trop près pour ne pas penser que nous ne les dérangions pas.

Nous avons vu un rorqual, à l’horizon. Tous les bateaux comme le notre se sont alors dirigés dans ce « coin à rorqual ». Il nous est indiqué que des règles sont mises en place pour ne pas déranger les mammifères marins lors des sorties en mer, mais nous sommes fortement dubitatif quant au fait que nous ne modifions pas leurs modes de vie et leurs habitudes en s’approchant si près juste pour satisfaire notre curiosité.

le phare, une de mes photos préférées de ce petit périple

Finalement, cette croisière nous a permis de voir de beaux paysages, de nous approcher des baleines, mais nous avons largement préféré et l’ambiance, et les renseignements et la façon de voir les choses du centre d’interprétation et d’observation et du centre découverte en milieu marin. D’autant que les rorquals, les bélugas et les phoques sont très proches de toi aussi lorsque tu es sur la rive à ses endroits là.

Personnellement, je n’ai pas trouvé la croisière si enrichissante, et surtout, je n’ai pas apprécié le goût amer qu’elle m’a laissée quand les bateaux se sont tous retrouvés au même endroit à la poursuite de ces mammifères qui clairement ne nous avaient rien demandé…ce n’était pas très cohérent avec notre démarche initiale -« Vous voyez les enfants, les animaux sauvages doivent rester dans leur habitat naturel….puis nous les pourchassons avec nos énormes bateaux et dérangeons leurs vies mais dans leur milieu naturel donc tout va bien »…un peu déçue.

Le retour

Après toutes ces émotions, il nous fallait bien reprendre des forces, alors nous sommes allés chercher de quoi reprendre des forces à la boulangerie « à l’emportée » – ne tombe pas dans leur pain noisettes et chocolat, tu n’en sortiras pas sans addiction et Tadoussac c’est pas la porte à côté! – que je te conseille.

Ensuite, nous avons repris la route. Heureux d’avoir vu autant, tristes de devoir repartir si vite, confiant quant au fait que nous reviendrions.

Allé, profite de ton samedi pour voyager. Je me suis rendue compte en immigrant dans un autre pays, que se considérer comme un touriste permanent est la meilleure façon de profiter de ta ville comme jamais.

On se retrouve demain, pour un article sur ta boule au ventre du dimanche soir et comment tu vas la forcer à se barrer. Enjoy!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s