5 infos que j’aurais aimées connaitre avant de louer mon premier appart à Montréal – article utile, mais j’ai fait sans.

La recherche de ton nid douillet. Allé, embarque on t’offre un conseil.

Avant d’arriver à Montréal, je me suis préparée: j’ai lu un nombre livres, de sites, d’articles de journaux, j’ai regardé des vidéos sur mes futurs premiers pas à Montréal. Je me sentais prête tu vois, alors qu’en fait, j’étais pas prête du tout. Récemment, je me suis dit que si j’avais eu les 5 informations que je vais te partager ici, j’aurais vu les choses différemment et je me serais peut être plus facilement acclimatée – sans aucun jeu de mots relatif à la météo.

Petit point de vocabulaire

Pour ton information sache que tu recherches un « Condo » pour « condomium » qui signifie appartement – enfin, selon moi car ce terme, en réalité issu de la Common law, désigne deux notions: soit un immeuble détenu en copropriété divise, soit un appartement situé dans un immeuble détenu en copropriété divise. Ce n’est pas tellement plus clair, reste sur appartement.

Le nombre de pièces que tu recherches est le nombre de pièces de l’appartement avec la cuisine, la salle de bain, les chambres, le salon, la salle à manger etc…tu peux donc te retrouver a chercher un 6 et demi.

Attention, l’étage indiqué sur l’annonce ne correspond pas forcément à l’étage réel du Condo que tu veux visiter. Par exemple, j’habite au deuxième étage mais j’appuie sur le bouton 3 de l’ascenseur et sur l’annonce il était noté troisième étage. Le bouton 1 de l’ascenseur n’existe pas – en même temps, si on est en désaccord avec la logique, adaptons la logique. Ça donne lieu à des situations étranges parfois. Par exemple, un jour j’ai eu un rdv au Rez de chaussé d’un édifice. Je suis entrée et ai attendu, puis quelqu’un m’a indiqué que c’était plus simple de prendre l’ascenseur pour y aller – envie de pleurer dis-tu? . Je me suis donc dirigée vers l’ascenseur qui indiquait « sortie » pour le rdc et « rdc » pour le sous-sol. Quand on te donne rdv au rdc tu ne penses pas à regarder où il se situe dans l’ascenseur….ça va venir – cela dit c’est un cas extrême qui ne m’est arrivé qu’une fois!

Pour te faire plaisir: quand on te parle « d’hydro » ou de « facture d’hydro » ne te méprends pas, on veut te parler d’électricité….bah je sais. En réalité c’est parce qu’ HydroQuébec est la société d’État qui fournit l’électricité ici.

La recherche de ton condo

Tu ne trouveras probablement pas ton appartement en location via une agence immobilière. Certainement pour une raison de commissions ou d’habitude de consommation, je ne sais pas, mais ne prévois pas de te faire la tournée des agences immobilières. Je ne dis pas que ça n’arrive jamais, mais prépare toi à ce que ça ne t’arrive pas. Comme la plupart d’entre nous tu auras plus de chances de trouver ta perle rare sur centris.ca, sur Kijiji.ca -on reparlera du nom une autre fois- qui est comme le bon coin,- ou sur duproprio.com et certainement d’autres sites que je ne t’indique pas là mais que tu trouveras au fur et à mesure de tes recherches. Tu trouves des contrats de baux locatifs dans la plupart des magasins de bureautique, les imprimeries, les papeteries….ils sont tous identiques. Il n’est pas rare que ce soient les locataires actuels de ton futur logement qui te fassent signer ce bail qu’ils te cèdent, un peu quelque part, car ils souhaitent partir avant l’échéance de leur contrat. Ils ont alors géré l’annonce et les visites – je te dis ça pour que tu ne sois pas surpris, ce n’est pas forcément une arnaque…

Le choix de ton quartier

Il y a une phrase que tu vas entendre très souvent pendant tes recherches et qui est susceptible de t’énerver car ton cerveau ne sait pas dans quelle case la ranger, alors je vais t’aider, c’est vrai! Je t’annonce la réponse avant la phrase, prépare toi au choc.  » Il n’y a pas de mauvais quartier à Montréal ». Moi aussi j’ai fait cette tête étrange au début. Je n’y ai pas cru, j’étais presque rassurée quand on m’a enfin donné un nom de quartier -qui s’est révélé être tout aussi bien que les autres. Alors bien sûr, il y aura des quartiers que tu préféreras à d’autres, certains qui te feront vibrer et d’autres dans lesquels tu ne souhaiteras pas t’attarder très honnêtement tu te rendras compte que ces quartiers se valent et qu’il s’agira surtout de faire prévaloir tes goûts – puis ton budget aussi quand même. C’est la raison pour laquelle, quand tu demandes à une personne installée ici quel quartier choisir, elle te nommera le sien – il y a un vrai attachement des habitants à leur environnement – mais sera incapable de te déconseiller un quartier. Puis, notre quartier préféré sur les réseaux sociaux ça reste quand même Rosemont la petite patrie, suis-les ils sont excellents.

Fais le tour de tous les quartiers pour faire ton choix

Les escaliers extérieurs, ma fausse bonne idée

Je sais que ce qui va suivre, tu vas le trouver ridicule – mais RI-DI-CULE- et pourtant garde bien en mémoire les mots qui suivent si tu viens vivre à Montréal. Aussi beaux soient-ils, aussi typiques soient-ils, aussi instagrammables soient-ils, les escaliers extérieurs sont synonymes de galères pour la bipède pas super agile que je suis. En arrivant ici et en visitant différents condos, nous avons complètement eu le coup de coeur pour les maisons divisées avec escaliers extérieurs. C’est vrai que c’est beau. Enfin, chez les autres finalement. Imagine moi avec deux enfants- habillés en tenues de combat, on parle de l’hiver québécois- dont une qui a encore besoin de la poussette – surtout quand on lui met des bottes d’hiver aux pieds- puis toutes nos affaires, descendre ces belles, grandes, longues, marches. Imagine moi tous les matins saler lesdites marches au réveil -oui avant le café-clope, tu as le chaussures-sel moins réconfortant mais meilleur pour la santé- puis les saler à nouveau un peu plus tard pour être sure et certaine que ça n’a pas gelé à nouveau. Il ne gèle pas tous les jours, noooooon, certains jours tu sors juste avec ta pelle -best friend forever du winter – pour déneiger…je sais. Et puis au-delà de l’hiver, quand tu fais tes courses faut monter tout ça quel que soit le temps – souvenir de pluies verglaçantes bonjour. Bref, oui c’est beau mais après avoir tenté l’expérience, ce n’est pas fait pour moi. Et pourtant elles sont tellement belles ces maisons que j’ai bien failli re craquer il n’y a pas longtemps mais non…le choix difficile entre l’esthétique et le pratique.

Alors tu vas me dire prend un Rez de chaussée….bah oui mais non en fait, c’est pas assez lumineux. Je parle de lumière extérieure, tu sais ce truc qui peut largement influer sur ton moral, surtout en hiver. Souvent, les appartements ici sont en longueur ce qui fait que tu as de nombreuses – ou pas- pièces qui se suivent. Il te faut alors penser quand tu visites qu’il te faut vraiment beaucoup de fenêtres. Penses-y.

L’isolation, ou son manque

Parlons d’abord isolation thermique, et je me permets de te livrer une petite mais charmante -tellement charmante- expérience que la vie nous a offerte en arrivant. Cette expérience je te la livre car ça te permettra de bien vérifier tes fenêtres, et même si nous n’avions aucune façon de nous apercevoir qu’il y aurait un souci, sache que si tu as l’adresse du logement que tu convoites et le numéro de l’appartement tu peux sur le site d’hydroquebec t’assurer du montant des factures précédentes. Ça devrait te donner une indication de l’état de l’isolation thermique. Nous avions loué un premier étage – au deuxième donc- d’une maison à escaliers – on avait tout bon- et nous y sommes arrivés en janvier. Au bout de quelques semaines, un matin au réveil, je sens qu’il fait vraiment froid dans la chambre. Tu sais, tu le sens au niveau du visage, une sensation étrange d’être à l’extérieur -ah ah ah- alors que si tu te souviens bien -et compte tenu du prix du vin ici je te jure que tu te souviens bien – tu t’es endormie à l’intérieur. Bref, je me lève, je pose mon pied au sol et là, je sens le froid m’envahir. Vraiment. Puis je sens aussi que mon sol est comme mouillé et….oui, de la neige dans la chambre, sur le sol à côté de la fenêtre. Bien entendu, je sentais bien qu’il y avait comme un problème d’isolation avant cet épisode mais je n’imaginais pas du tout que ça pourrait m’arriver. Bref, finalement, je me suis retrouvée chez Rona – note ce nom aussi, c’est un genre de Mr.Bricolage- à acheter un genre de papier cellophane à coller sur ma fenêtre et sur lequel tu dois passer un sèche cheveux -tu disais bricolage?- pour que le film se tende. Et tu ne peux plus ouvrir tes fenêtres, bah non, alors tu te dis que compte tenu des températures extérieures ce n’est pas grave…pas pour moi, l’aération c’est la vie. Et moralement vivre avec du cellophane sur les fenêtres, ça te fait un drôle d’effet quand tu sais que ce n’est pas « au cas où ».

Le second point isolation concerne l’isolation phonique. Être en ville ça signifie pouvoir tout faire à pieds, être au centre de l’action et donc également entendre l’action quand tu ne le souhaites pas. Concrètement quand tu n’entends pas tes voisins, tu entends les gens à l’extérieur. Puis comme les sols peuvent parfois te surprendre – surtout sur le plateau, beaucoup de fondations sont à refaire, pas mal de maisons ont des sols en pente – tu pourrais entendre les billes des enfants dévaler -les pentes – de l’appartement. Si c’est drôle pour les billes, ça l’est vachement moins pour les meubles.

J’imagine que quelle que soit la grande ville dans laquelle tu habites et quel que soit le vieil immeuble que tu as choisi tu auras ce genre de problème de bruits.

Les transports en commun

Oui j’avais dit 5 mais c’est un cadeau pour me faire pardonner de ces quelques jours d’absence sur le blog. Quand tu cherches ton appartement, tu regardes les distances avec les transports en commun. Je te conseille vivement de faire très attention aux distances à pieds. Quand tu es à 10 ou 15 minutes de ton arrêt le plus proche, dis toi que cet hiver, il te faudra plus de temps pour y aller et que tu risques de ne pas apprécier ça, marcher longtemps dans le froid tous les matins pendant un ou deux ou trois ou cinq mois.

Je pense que j’ai fait le tour des choses qui m’ont le plus surprises. Le dernier conseil, c’est de ne pas te décourager. Quand tu arrives, tu as beaucoup de choses à faire et il ne faut pas te voiler la face, tout ne se fera pas en une semaine. Pour autant, je suis persuadée que tu trouveras un foyer qui te plait et dans lequel tu prendras plaisir à te poser avec ta famille. Montréal est une ville magnifique et dès que cette étape importante sera passée tu auras tout le loisir de la découvrir sereinement.

J’espère que ces petites astuces t’ont plues. On se voit demain, enjoy ton lundi soir.

I’ll be there for you… ces escaliers de secours extérieurs me rappellent toujours ceux de Friends.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s